Sommaire

Comment prospecter sur LinkedIn pour booster votre chiffre d’affaires

LinkedIn est de nos jours l’un des réseaux sociaux les plus utilisés par les professionnels. Il regroupe en effet 400 millions d’utilisateurs, dont plus de 24 millions en France, issus de secteurs d’activité très variés. Aujourd’hui, il est devenu la plateforme de référence dans le secteur de l’emploi, car les personnes qui sont en quête d’un travail et qui souhaitent avoir une bonne visibilité auprès des recruteurs n’hésitent pas à y créer un profil. LinkedIn est aussi devenu un terrain de jeu pour les équipes commerciales qui y prospectent leurs clients. Les entreprises ce sont en effet rendu compte du grand potentiel de LinkedIn, en raison de ses millions d’abonnés. Elles peuvent en profiter pour trouver des partenaires et surtout des clients, notamment dans le cadre des transactions BtoB. Ainsi, pour les vendeurs, il leur est possible d’y découvrir des millions de clients potentiels, alors pourquoi s’en priver ? Il s’agit d’une manière innovante, judicieuse et pas chère pour effectuer une prospection sur LinkedIn. Exploiter le réseau social est donc efficace pour augmenter son chiffre d’affaires à condition de s’y prendre de la bonne façon.

LinkedIn est-il un outil efficace pour tous les vendeurs ?

Pour les vendeurs et les agents commerciaux, LinkedIn est un portefeuille géant qui n’attend qu’à être exploité au maximum ! Ils y retrouvent les acheteurs, les responsables approvisionnement, les membres de CODIR et un grand nombre de décideurs, etc.

La prospection sur LinkedIn repose sur un concept simple : LinkedIn permet de communiquer directement avec les autres membres, en leur envoyant un message.

Il n’est donc plus nécessaire de rechercher l’adresse email ou le numéro de téléphone du prospect et d’attendre longtemps avant de recevoir une réponse de sa part. Avec LinkedIn, le vendeur envoie son message directement à la bonne personne : ses messages n’atterrissent pas dans une boite mail gérée par un secrétaire ou dans les pourriels. Le communication y est beaucoup plus engageante. Mais un agent commercial de n’importe quel secteur d’activité, a-t-il intérêt à prospecter sur LinkedIn ?

Oui et non.

Cela dépend de votre type de prospect et de votre profil.

Mais avant de vous dévoiler plus en détail ces cas à part, arrêtons-nous sur le dérouler de la méthode de prospection commerciale sur LinkedIn qui faut appliquer.

La prospection digitale sur LinkedIn se dit “trigger selling”

Le social selling est une démarche de prospection commerciale relativement récente consistant à utiliser les dispositifs numériques, plus précisément le réseau social, pour y parvenir. Il y a deux formes de social selling sur LinkedIn :

  • Faire en sorte que vos prospect s’intéresse à votre expertise et donc viennent naturellement à vous : c’est faire de l’insight selling
  • Aller à la rencontre de prospects potentiels qui auraient besoin de vos produits : c’est faire du trigger selling.

L’idée ici est de vous apprendre comment faire du trigger selling pour que vous puissiez comprendre comment aborder de nouveaux prospects.

Nous allons donc détailler, le processus de prospection sur LinkedIn de la manière suivante :

  1. Rechercher un profil de personne qui correspond à votre prospect type (votre persona) ;
  2. Se renseigner sur cette personne et sa société ;
  3. La demander en contact sur LinkedIn (car vous ne pourrez pas discuter avec eux si vous n’êtes pas en relation directe) ;
  4. Puis établir une discutions selon un script de vente (voir notre article au sujet des différents scénarios de persuasion possibles pour commerciaux).

Nous allons maintenant vous dévoiler, pas à pas, l’ensemble de ces étapes.

1/ Rechercher des prospects potentiels sur LinkedIn

LinkedIn met à votre disposition deux types de moteur de recherche pour trouver vos prospects : la barre de recherche en haut de votre dashboard ou le moteur de recherche payant dans SalesNavigator. Nous allons ici vous décrire les possibilités possibles avec le moteur de recherche gratuit de base sur LinkedIn.

Si vous êtes agent commercial, vous connaissez le concept de personae (ou ICP selon votre sémantique). Donc, vous savez à qui vous devez vous adresser.

LinkedIn permet de rechercher gratuitement une liste de personas potentiels selon plusieurs critères :

  • sa profession et son secteur d’activité
  • le nom de sa société
  • ce qu’ils postent

Cela fait donc trois manières de rechercher des prospects.

1/1 Recherche selon sa profession et son secteur d’activité

Le problème avec la recherche par profession via le moteur de recherche gratuit de LinkedIn, c’est qu’il vous restituera les personnes qui exercent une profession selon ce que, eux, ont inscrit dans leur profil. Par exemple, si un prospect potentiel, c’est inscrit comme CEO et que vous recherchez “dirigeant” cette personne n’apparaitra pas en résultat. Pour cela, il faudra utiliser le moteur de recherche de Sales Navigators.

Mais pas de panique, vous pouvez vous en sortir sans payer.

L’astuce consiste à utiliser des opérateurs booléens dans la barre de recherche. Et voici clairement ce qu’il faut inscrire dans la barre de recherche si vous recherchez l’ensemble des dirigeants d’entreprise :

title:”dirigeant”OR” dirigeante”OR” gérante”OR” gérant”OR” co-gérant”OR” co-gérante”OR” fondateur”OR” fondatrice”OR” ceo”OR” chief executive officer”OR” chef d’entreprise”OR” founder”OR”” cheffe d’entreprise”

Cette requête indique que nous recherchons l’ensemble des personnes qui ont une fonction synonyme de dirigeant dans leur titre. Donc à vous de lister le synonyme de la fonction de votre personae et de la transposer dans la formule indiquée plus haut.

En commençant la requête par “title” vous demandez à LinkedIn de rechercher les mots clés que dans la zone titre des utilisateurs de LinkedIn. Donc, vous demandez à n’afficher que les personnes qui sont dirigeantes actuellement (si elles ont bien mis à jour leur profil).

Maintenant, affinons notre recherche au secteur d’activité que vous ciblez.

Mais là encore, ce n’est pas aussi simple. LinkedIn classe ses utilisateurs selon sa propre nomenclature de secteur d’activité et de profession. Vous devez donc transposer ce que vous entendez comme votre secteur cible, dans le secteur de la nomenclature de LinkedIn. Et malheureusement cette nomenclature, malgré qu’elle soit conséquente n’est pas assez détaillée. Nous vous avons listé les secteurs d’activité sur LinkedIn dans un tableau. Vous pouvez y accéder gratuitement une cliquant sur l’image ci-dessous.

Ensuite sur LinkedIn, rendez-vous sur le moteur de recherche gratuit à l’adresse suivante : https://www.linkedin.com/search/results/people. Pour filtrer par secteur d’activité, cliquez sur tous les filtres.

Puis dans la barre latérale qui s’est ouverte, sélectionnez “ajouter un secteur d’activité”.

Maintenant, affinons encore plus la recherche.

LinkedIn vous permet de rentrer en contact avec les contacts de vos contacts actuels. C’est ce que linkedIn appelle les relations de deuxième niveau. Vous pourriez éventuellement rentrer en contact avec des 3ᵉ niveau, c’est-à-dire des gens dont vous n’avez aucune relation en commun, seulement si ces personnes ont ouvert la discutions à tout le monde dans leur profil.

Dons dans la barre latérale, sélectionnez 2e niveau pour ne voir que les personnes que vous pourrez contacter.

Autre subtilité à LinkedIn, vous ne pourrez pas accéder au profil des personnes au-delà de la 100ᵉ page. LinkedIn limite l’accès qu’à 1000 personnes par recherche. Donc si votre recherche vous donne plus de 1000 personnes, découpez là en réduisant par exemple les professions dans la requêtes “title:…” Prenez y vous à deux requêtes plutôt qu’une.

1/2 Recherche de prospects selon leur nom de société

Vous avez déjà une liste de sociétés qui seraient potentiellement vos futures clientes, mais ne connaissez pas le profil et le nom de ces interlocuteurs. Pour cela, LinkedIn vous donne la possibilité d’afficher les collaborateurs de chaque société afin que vous puissiez en trouver la bonne personne.

Pour cela, rendez-vous sur le moteur de recherche gratuit à l’adresse suivante : https://www.linkedin.com/search/results/people

En cliquant sur tous les filtres, vous pourrez renseigner le nom de la société en cliquant sur “ajouter une entreprise” dans un des filtres.

1/3 Recherche de prospect selon son expression de besoin

Moins connue comme technique de prospection sur LinkedIn : détecter des signaux faibles pour découvrir des prospects tièdes ou chauds. Et c’est selon notre expérience la méthode la plus efficace pour prospecter.

Plusieurs signaux faibles peuvent être le reflet d’un besoin futur exprimé par une personne et en lien avec votre produit ou offre :

  • Une personne demande dans LinkedIn si elle connait un prestataire comme vous.
  • Une société vient de lever des fonds pour scaler sur un point dont vous êtes potentiellement prestataire.
  • Une personne exprime un mécontentement vis-à-vis de l’un de vos concurrents
  • Une personne discute et cherche à en savoir plus sur un des sujets dont vous êtes experts.
  • etc.

Il existe une multitude d’expression de besoin qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille. Mais alors comment les repérer. Et bien là encore en interrogeant le moteur de recherche.

Prenons comme vous êtes une agence de relation presse et que vous voulez être alerté sur les personnes qui rechercheraient une agence RP. Il suffit pour cela dans la barre de recherche de taper “recherche agence RP” et cliquer sur “posts” pour voir s’afficher les posts qui mentionnent cette expression. Et voici ce que vous obtenez :

À vous d’imaginer les expression clés synonymes de ces divers signaux faibles et de sauvegarder les URL de recherche et de le lancer régulièrement. Il suffit de coller l’URL de recherche dans votre outil de bookmarking.

Pour comprendre comment sauvegarder ces URL d’alertes rendez-vous sur notre article 6 astuces pour améliorer les fonctionnalités de LinkedIn.

Est-ce que tous vos prospects sont sur LinkedIn ?

Malgré que LinkedIn soit le plus gros annuaire de professionnels de France, tous vos prospects ne sont pas actifs sur LinkedIn.

Certaines professions cibles ne sont clairement pas actives sur LinkedIn. Nous constatons que les professions dans le numérique sont très actives sur LinkedIn et qu’à l’opposé les professions dans l’industrie, l’agriculture,… sont peu actives. C’est essentiellement dû à leur contexte d’activité. Une profession qui est sur le terrain est peu disponible devant un écran sur LinkedIn. Si beaucoup de professionnels sont sur LinkedIn, c’est aussi parce qu’ils s’y sont inscrits à un moment, soit pour trouver un emploi, soit pour essayer. Mais malheureusement, beaucoup ne s’y rendent plus.

Inversement, un professionnel qui travaille au bureau semble plus enclin à surfer sur LinkedIn.

Pour autant, est-ce qu’il ne faut pas tester la prospection sur LinkedIn pour ces professionnels peu actifs ?

L’idée pour palier à cela est de passer par les parties prenantes de vos prospects qui sont actives sur LinkedIn.

Dans vos entreprises cibles, en général, il n’y a pas qu’une seule personne concernée par votre solution. Tout un ensemble de parties prenantes prennent part à la décision de souscrire ou non à votre offre. Certains commerciaux auront reconnu l’idée. Il s’agit là de dresser un sociogramme des parties prenantes pour déceler un type d’interlocuteur actif sur LinkedIn.

Un sociogramme consiste à cartographier les liens relationnels types entre l’ensemble des parties prenantes internes à votre ICP (comme les utilisateurs/consommateurs, le responsable de service, l’acheteur, le CODIR, le dirigeant, etc). Chacunes de ces parties prenantes ont un niveau de connaissance différente vis-à-vis de votre solution et chacunes de ces parties prenantes sont actives ou non sur LinkedIn.

L’usage d’une carte des parties prenantes peut être multiple. Dans le cadre de notre construction d’une stratégie d’acquisition de prospect, une carte des parties prenantes (ou sociogramme) est un canvas où vous devez relier vos prospects, partenaires et les intervenants extérieurs à votre organisation selon leur niveau de liens directs ou indirects.

Avec ce canvas vous réfléchirez à :

– Y a t’il qu’un seule personne impliqué dans la décision d’achat, dans la phase de consommation, dans la phase de recommandation

– Quel est le niveau de maturité de vos personas vis-à-vis du besoin

– Qui sont vos partenaires et comment les atteindre

– Quels sont les médiums pour interagir avec chaque intervenant extérieurs (SEO, RP, SMO, SEA, coldemail…)

Il permet de réfléchir aussi différents partenaires relais pour capter vos prospects et les points de contacts (canaux) pour les atteindre.

À quoi ressemble une carte des parties prenantes ?

Une fois cette liste de parties prenantes, il ne vous reste plus qu’à rechercher lesquelles de ces personnes peuvent être contactées sur LinkedIn selon son niveau de connaissance vis-à-vis de votre offre. Mais ça nous en reparlerons plus loin.

prospecter sur LinkedIn

Vous vous demandez comment cette pratique de prospection peut fonctionner pour votre organisation ?

La réponse n’est pas systématiquement affirmative.

Un expert de Defineed peut évaluer gratuitement les opportunités de faire du social selling pour votre organisation !

2/ Se renseigner sur cette personne et sa société

Dans le cadre d’une action de prise de contact avec un personae, il est fondamental de se renseigner sur la personne et son entreprise. Vous le savez, dans le cadre d’un process de prospection, dans les fameux 4 C, un des C correspond à “Connaitre”.

Dans une action de trigger selling, il vaut mieux connaitre son interlocuteur avant de prendre contact. Pourquoi ? Parce que se familiariser sur la structure permet de mieux aborder la personne, répondre à ces questions, vérifier qu’il est bien encore en poste, ect .

Mais que rechercher ?

Voici quelques-unes des informations indispensables à connaitre avant de prendre contact avec son entreprise :

  • l’histoire de l’entreprise
  • ses valeurs
  • est-elle active sur les médiaux sociaux ?
  • son projet sur le long terme
  • son mode de fonctionnement
  • ses collaborateurs

Renseignez-vous sur chacune de ces catégories d’informations pour comprendre si vous pourrez collaborer et identifier une façon d’amorcer la prise de contact.

Quels mediums d’informations consulter pour en apprendre plus sur l’entreprise et l’interlocuteur ?

Visitez le site internet de l’entreprise et cherchez une page sur ces valeurs, son histoire. Cela permet d’imaginer comment se rattacher à ces valeurs, comment votre solution peut être en phase avec ces valeurs et missions de l’entreprise.

Visitez les posts de la page entreprise LinkedIn, ou recherchez le nom de l’entreprise sur Google actualité pour déceler des informations utiles à une prise de contact, comme un lancement de produit, une levée de fonds, des articles de blog populaire, une nomination d’un nouveau dirigeant, un rachat d’entreprise, une affaire judiciaire, ect…

Mais trouver quelques informations ne suffit pas, il faut comprendre qui est la personne, ce dont elle a besoin pour se faire valoir dans l’entreprise et en quoi vous pourrait l’intéresser pour atteindre ses objectifs internes dans son entreprise.

Tâchez à relier les éléments de l’entreprise, du profil de la personne à votre profil et de réfléchir à ce que vous pourriez faire ensemble dans le cas d’une collaboration B2B. Pour cela, nous vous renvoyons vers la méthode d’évaluation de profils DISC qui permet de bien comprendre son interlocuteur et adapter son discours commercial en fonction de lui.

3/ Contacter un prospect

Lorsque vous aurez identifié un prospect potentiel, vous vous serez renseigné sur lui et son entreprise, il sera tant de prendre contact avec lui. Pour cela, LinkedIn vous permet de rentrer en relation avec elle, quand vous êtes sur mon profil avec le bouton “se connecter”. Cette fonctionnalité vous permet de faire rentrer cette personne dans vos relations de 1er niveau tout en lui envoyant un message de prise de contact.

Mais maintenant, mettons-nous de l’autre côté de la porte et voyons comment un prospect reçoit ce genre d’invitation dans son LinkedIn.

Il s’agit d’une demande différente que simplement répondre au téléphone d’un speudo vendeur ou ouvrir un mail. Il s’agit ici d’une demande d’engagement beaucoup plus forte aux plus grandes conséquences. La personne accepte que vous soyez dans son réseau, dans son carnet d’adresse et que vous puissiez voir tout ce qu’elle publie, tous ces autres contacts, et que vous puissiez l’interompre par message privé. L’acceptation a une telle invitation, demande plus de reflexion que de simplement envoyer “bouler” un appel téléphonique. A contrario, si la personne accepte cette invitation, c’est qu’elle sera plus ouverte à vous écouter. En d’autres termes, la phase de prise de contact est plus fastidieuse qu’un appel téléphonique ou un coldemail, mais la phase d’intéraction en sera plus simple et engageante.

Alors comment se donner toutes les chances pourque cette demande soit prise en compte par le prospect ?

Voyons les 3 éléments à travailler pour cela :

  • l’aperçus de votre profil
  • Votre profil
  • votre message de demande

Optimiser son profil sur LinkedIn pour aborder vos prospects

En optimisant votre profil LinkedIn vous optimiserez son aperçu. Voyons dans ce paragraphe qu’est ce qu’il doit être corriger sur votre profil pour qu’il soit rassurant.

Dans la demande d’invitation, plusieurs éléments permettent à la personne de juger de la pertinence d’une demande d’invitation :

  • La photo de la personne
  • ses prénom et nom
  • son titre
  • vos relations en communs
  • le message d’accompagnement

On voit que peu d’éléments nous permettent de juger s’il faut ouvrir la porte de son réseau à ces invitation. L’étape la plus critique pour utiliser LinkedIn à votre avantage est de vous s’assurer que votre profil met en évidence exactement qui vous êtes, ce que vous faites, ce que vous apportez au marché et le créneau que vous servez. Si vous faites juste un copier-coller de CV, vous n’expliquez pas vraiment votre rôle et ne donnerez pas envie à votre interlocuteur de vous ouvrir à son réseau. Considérez votre profil LinkedIn comme une vitrine pour votre marque professionnelle et moins comme un CV.

Si nous nous remettons du côté demandeur, voici nos conseils pour rassurer :

1er votre photo

L’espace visuel qu’accorde LinkedIn à votre photo de profil est assez réduit en réalité (surtout dans cette boxe d’invitation). On évitera donc les décors surchargés en arrière-plan qui détourneraient le regard de votre portrait. On accordera un maximum de place au visage dans l’ensemble de la photo pour que vous soyez clairement identifiable. On partira sur un cadrage à partir du haut de la poitrine ou un gros plan du visage, de sorte à maximiser la place qu’occupe le visage dans la photo. Autre conseil : une image en couleurs de vous ajoute une dimension émotionnelle plus forte qu’une photo en noir et blanc. Avec la couleur, on perçoit la couleur de vos yeux, de vos cheveux, votre peau, vos vêtements, caractéristique de votre personnalité. Votre expression de visage doit être naturelle et avenante. Aussi, utilisez une photo récente qui vous ressemble physiquement et humainement. N’ayez pas pour de votre apparence 🙂 . Pour ça n’hésitez pas à multiplier les prises de vue et demander l’avis à d’autres personnes !

Votre prénom et Nom

Ce sont des informations assez simple, mais constatons quelques erreurs encore à ce sujet.

Les personnes qui inversent leur nom et prénom dans leurs paramètres :). Vérifiez bien que c’est votre prénom qui apparait en premier dans votre titre de profil.

On évitera décrire son nom en MAJUSCULE. Nous ne sommes plus à l’école. Un nom en majuscule est trop agressif et démontre une certaine autorité.

Plusieurs outils sont mis en place par LinkedIn pour permettre à un vendeur d’exceller dans ses missions de prospection. Celui-ci doit aussi faire en sorte que son profil soit bien visible et complet pour réaliser une prospection commerciale optimale sur cette plateforme.

Il faut aussi que le profil attrayant pour développer la visibilité du vendeur. Il est ainsi conseillé d’y mettre une photo afin que les échanges avec le prospect soient conviviaux.

Votre titre

Le titre de votre headline est souvent ce qui donnera à votre interlocuteur potentiel une première impression. Et que vous le vouliez ou non, comme l’eut dit Coco Chanel en son temps, «Vous n’aurez pas deux fois l’occasion de faire une première bonne impression.».

Quel est votre but ici ? Vous démarquer, n’est-ce pas ? Autant ne pas respirer l’amateurisme ou faire l’aumône tout en faisant attention à être accessible, clair et pertinent. Alors quoi mettre à l’intérieur ? Afficher dans son titre headline QUE ses compétences sous forme de métier ? Afficher votre offre ? Afficher votre USP ? Vérifions les profils de ceux qui ont plus d’un million d’abonnés. Est-ce que Guy Kawasaki ou Tony Robbins affiche vous aide à faire quoi que ce soit dans leur titre? Non !

Seriez-vous tenté d’accepter une invitation de quelqu’un qui s’affiche “commercial” ? Non

Pour vous qu’est ce que cela veut dire : arrêtez par exemple d’afficher le terme “commercial.” Privilégiez une dénomination plus opérationnel comme Pierre pour qui nous avons transformé sa dénomination de “commercial” en Responsable Projets Mobilier//Aménagement d’Espaces Tertiaires.

Certains recommandent ici de mettre son USP au nom de la “customer centricité”, un peu comme çà :

Il y a deux éléments qui déclencheront l’acceptation : les démonstrations de valeur ainsi que la montée de la température dans l’interaction, même virtuelle, que vous proposez. Évoquer ici votre USP, c’est donc faire en sorte qu’on vous choisisse vous plutôt qu’un autre et c’est trop tôt dans votre cycle de vente. Si vous demandez à votre interlocuteur d’acheter votre proposition par son clic sans avoir démontré votre valeur ni lui avoir donné envie de plus, vous lui demandez de prendre une décision trop tôt, et il y a de forts risques qu’il passe au profil suivant.

Pour démontrer votre valeur, oubliez votre headline ! Ce qui va faire que vous obtiendrez la confiance, l’envie pour votre cible de vous contacter, c’est le reflet de votre personnalité, un début d’interraction sincére basée sur des sentiments, la reconnaissance de votre leadership d’opinion, vos compétences reconnues. Cela démontre votre expertise et permet d’évaluer le niveau de service que l’on peut attendre de vous.

Il vous appartie,nt d’imaginer une accroche dans votre titre qui éveille la personen sur vosvaleurs, votre position hiérargique et votre leadership.

Bad Idea : Utiliser un pronom personnel

L’emploi du “je” est à éviter dans la partie visible de votre résumé, tout comme dans votre headline. Vous êtes orienté client et vous avez quelque chose à vendre ou vous êtes orientés image de marque personnelle ? Pour ce qui est de l’utilisation du « Il », si vous n’êtes pas Alain DELON, oubliez !

Plus sérieusement, je reprends une info de Gregory MAUBON, PhD, il semblerait que les utilisateurs de LinkedIn anglo-saxons préfèrent l’utilisation de la troisième personne. Ceci est donc peut-être une question de culture. L’insight serait intéressant pour ceux qui ont décidé d’avoir un profil en anglais, rédigé en anglais et un autre en français, rédigé en français.

Et puis “je”, ok mais alors vous êtes qui ? Un indépendant, un collaborateur isolé ? Ou travaillez-vous dans un entité confrontant ses idées, ses stratégies en équipe ?

Je vous laisse juger en lisant d’autres profil “je”!

Good or Bad Idea ? Dire que vous aidez

A moins que vous ayez peur de vendre, que vous n’aimiez pas l’argent, ou que vous ayez des croyances contraires à celles qu’il est possible de vivre décemment de vos prestations, à quoi bon dire que vous aidez ? Que vous en soyez persuadé, et que cette croyance vous aide au passage à mieux vendre vos prestations, est un autre sujet. Le préciser dans votre headline est selon moi une mauvaise idée car cela pourrait suggérer que vous ne croyez pas dans la pertinence de votre solution ou que vous la sous-évaluez… donc que vous n’arrivez pas à en vivre.

Le profil doit aussi être à 100 % achevé, complet avec tous les renseignements qui seront utiles aux visiteurs. Un agent commercial pourra y insérer des liens qui mèneront ses contacts vers son offre, son blog ou le site web de son entreprise. Il doit aussi y publier un contenu pertinent et valorisant pour susciter l’intérêt du public. De plus, LinkedIn permet d’agrémenter les posts de vidéos grâce à la section « Résumé ». Ces outils de communication sont très importants pour que les cibles puissent mieux découvrir les produits qui leur sont proposés.

Comme la plupart des réseaux sociaux, LinkedIn donne des propositions de contact à chaque profil, et ce, en fonction de ses propres contacts et de leurs secteurs d’activité. À terme, plus le réseau d’un vendeur est dense est plus il disposera de contacts pour mener une bonne prospection commerciale.

LinkedIn Ads est une solution permettant à un vendeur de faire de la publicité payante sur le réseau. Il lui est ainsi plus facile d’atteindre l’audience qui se rattache à son secteur d’activité et à la zone de chalandise qui le concerne.

Enfin, les commerciaux souhaitant mieux fidéliser leurs clients peuvent transférer et exporter leurs contacts dans le cadre d’un emailing par exemple.

Nos conseils sur comment prospecter sur LinkedIn :

  • Utilisez le moteur de recherche avancé de LinkedIn pour trouver de nouveau prospects.
  • Ayez un profil complet et attractif. Décrivez vos réussites, votre apport, votre différence en plus de votre expérience.
  • Grâce à LinkedIn, vous pouvez presque toujours collecter assez d’informations sur votre interlocuteur pour que votre démarchage commercial soit pertinent et utile.
  • Rédigez un message de première mis en relation, suffisamment personnalisé et pas trop direct pour susciter l’envie de vous répondre.
  • Soyez actif sur LinkedIn pour montrer votre niveau d’influence :  commentez, publiez, likez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *