Boostez votre activité grâce à une stratégie de marketing de contenu

pourquoi mettre en place une stratégie de contenu

sommaire

Avec le développement du web, les entreprises cherchent désormais à investir au mieux cet environnement qui regorge de potentiels clients. Dans cet espace intégré, l’entreprise devient son propre média et doit engager un plan de communication en vue d’attirer les internautes sur son site internet. Ces internautes vont alors passer de simples visiteurs en prospects avant de devenir éventuellement des clients. Vous êtes de ceux-là et souhaitez-vous voulez faire connaître et booster votre activité ? Voici comment pourquoi mettre en place une stratégie de contenu.

Qu’est-ce que le marketing de contenu ?

Appelé outre-Atlantique « content marketing », le marketing de contenu désigne une stratégie web éditoriale s’appuyant sur la création et la diffusion de contenus dans le but d’acquérir ou fidéliser des clients. Ce contenu peut avoir plusieurs formes : vidéo didactiques tutoriels au format vidéo, motion design, vidéo simple, articles, PowerPoint ou e-book, infographies, articles de type checklist, Dossier, étude de cas, Interview, plan d’action, conseils audio de type podcast… Il s’agit surtout de créer du contenu percutant qui sera un moyen efficace de trouver de nouveaux clients et de conserver ceux qu’on a. Ce contenu n’est pas, à proprement parlé, la promotion de vos produits ou offres, mais du contenu en lien avec votre activité. Du coup, la diffusion de bulletins intéressants par courriel, d’articles de blog, de vidéos et de plusieurs autres contenus va vous permettre d’acquérir du trafic de qualité et surtout de vous présenter comme un expert dans votre domaine. Une stratégie de contenu n’est pas une fin en soi et c’est tout à fait compatible avec des actions de web-marketing comme de l’achat de trafic, de l’email marketing, du growth hacking ou encore du social selling.

Pourquoi faire du marketing de contenu ?

Auparavant, il fallait passer par les canaux classiques pour faire connaître son entreprise. Ce processus était non seulement budgétivore, mais on n’était jamais vraiment assuré d’obtenir un bon retour sur investissement. Le marketing de contenu est un bon moyen pour transformer vos visiteurs en véritables prospects. En effet, votre site web va jouer le rôle d’un média à part entière. C’est à travers vos textes, vos vidéos ou vos infographies que vous pourrez attirer et fidéliser l’internaute. Celui-ci aura envie de revenir le plus tôt possible pour une nouvelle visite, car il y trouve une information claire et pertinente.

Une stratégie de Content Marketing vous apporte en moyenne trois fois plus de contacts qu’une stratégie de marketing traditionnel. En préemptant les sujets qui valorisent vos activités, vous renforcez votre position d’expert. Par cette position, vous confortez le visiteur sur vos compétences et connaissances.

Les autres avantages du content marketing ?

  • En vous positionnant sur des sujets biens ciblés et en les relayant sur les bons canaux (réseaux sociaux, groupe professionnels, clubs …) vous augmentez vos chances d’interagir avec vos prospects. Vous êtes ainsi présents aux côtés de vos prospects plus tôt dans son processus d’achat et influer dès le début du cycle de réflexion.
  • Le contenu de votre site est un facteur qui influence votre référencement naturel. Plus vous publierez du contenu de qualité, plus les moteurs de recherche vous identifieront comme une source fiable relative aux mots-clés de votre thématique et vous feront ainsi remonter dans les pages de résultats.

Les erreurs à ne pas commettre en matière de marketing de contenu

Mettre en place une stratégie de contenu ne s’improvise pas. Dans notre mallette de professionnelle du marketing, plus de 30 points sont à checker pour valider la mise en application de sa ligne éditoriale.

Voici quelques-uns d’entre eux.

Ne pas se planter dans sa ligne éditoriale

La plus grande erreur que font la plupart de ceux qui se lancent dans le marketing de contenu, c’est de penser qu’ils peuvent y arriver sans véritable stratégie. Disons-le clairement : c’est une perte de temps, d’argent et de motivation. Il faut en effet penser à une véritable stratégie pour réussir votre marketing contenu. Pour cela, pensez à définir votre audience, ce qu’aime votre audience puis élaborez une stratégie de contenu en lien.

L’erreur à ne pas commettre, c’est d’avoir une ligne éditoriale qui ne générera que des écumeurs. Le but n’est pas non plus qu’il n’y ait que vos partenaires, employés ou concurrents qui s’abonnent à votre contenu. Dénichez des sujets intéressants et créateurs d’engagement, afin d’atteindre votre cible de clients.

Un process de mesure de vos actions devrait vous permettre ne pas faire d’erreur.

Attendre que les visiteurs viennent à vous.

Ne pensez pas que parce que vous venez de publier un super article, que les internautes vont venir sur votre site par magie… Attirer des lecteurs demande du travail : publication sur les groupes Facebook, informations aux bloggers, utilisation des communautés et forums, emailing… L’un des premiers travail consiste donc à répertorier ces canaux et les initier.

Ne pas apporter de votre petit plus.

Si vous ne faites que republier du contenu, ou publier du contenu banal, vous ne sortirez pas de la masse. Il faut donc apporter de l’utilité, de la singularité,… pour intéresser les internautes. Il est indispensable de trouver son style et de s’y tenir.

Écrire pour Google et non pas pour ses lecteurs

Votre meilleure source de trafic sont vos lecteurs eux-mêmes. Ne se focaliser que sur une optimisation de ces titres et contenu pour les moteurs de recherche peut desservir l’irrésistibilité de votre contenu. Suscitez la curiosité avec des titres engageant. Optimisez votre contenu pour qu’il capte vos lecteurs. En effet, la plupart des meilleurs lecteurs restent entre 1min30 et 4 minutes au grand maximum… Vous devez donc donner envie de le lire et le partager.

Soyez patient.

Il faut être patient et ne faire un bilan qu’après trois mois. Il faut se rappeler que plus de 75 % des visites d’un blog viennent le plus souvent de Google, or il faut du contenu conséquent et régulier pour intéresser Google…

La quantité plutôt que qualité

Dans cette masse d’informations que l’on peut trouver sur internet, c’est souvent celui qui aboie le plus fort qui capte l’attention. C’est souvent celui qui publie le plus sur les réseaux sociaux qui pourra justifier son budget qui lui a été alloué :). Certains ont tendance à penser que plusieurs posts  par semaine, quitte à publier des choses inintéressantes pour la cible établie, c’est mieux que de réfléchir à une ligne éditoriale et à la pertinence des propos tenus.

Cela me rappelle Twitter et l’époque à laquelle certains « spécialistes » suggéraient à leurs clients de dire bonjour à leur communauté pour respecter la règle des trois tweets par jour. Juste pour rester dans la vision périphérique de leur audience.

Comme le dirait lui-même Robert GREENE :

« Loi n°4 – Dites-en toujours moins que nécessaire : plus vous vous laissez aller à parler, plus vous avez l’air banal et peu maître de vous-même. Mêmes anodines, vos paroles sembleront originales si elles restent vagues et énigmatiques. Les personnages puissants impressionnent et intimident parce qu’ils sont peu loquaces. Plus vous en dites et plus vous risquez de dire des bêtises. »

En bref, plus vous jacassez, moins on apportera de pertinence à vos propos. Mieux vaut que vous payiez pour avoir de la qualité avec un article de fond par semaine et que vous le payiez sans mégoter.

A niveler les prix vers le bas, vous prenez le risque de niveler votre image de marque vers le bas. Votre réputation ne vaut-elle pas au minimum un billet de 100 balles pour 1500 signes, espace compris ?

N’est-ce pas plus captivant un article de qualité que 5 autres qui mettraient à terme en péril votre image de marque et qui n’auraient comme résultat que de détourner votre audience au profit de ceux et celles qui ont compris ce point fondamental ? Et donc potentiellement, votre concurrence ?

Vos articles sans intérêt ou parlant que de la marque

Autre discorde à une stratégie de content marketing, celle du Brand Content et celle du Content Marketing. Celle du Brand centric et celle du Customer centric. La première ne parle QUE de la marque et la seconde suit une ligne éditoriale précise et se compose d’articles à forte valeur ajoutée, qui apportent quelque chose de concret à son audience. Si parfois les deux sont confondues, il y a cependant plus grand danger : celui du manque d’ouverture d’esprit et d’une reconnaissance de nombrilisme.

Encore une fois, si vous réfléchissez à une ligne éditoriale précise qui respecte une charte de valeur et qui matche avec l’audience (ou la « communauté ») que vous avez décidé d’atteindre (on parle de « personas »), il y a peu de risque de se planter. A moins bien sûr que cela fasse partie de votre stratégie (à la « Voici » qui vend davantage quand il a été condamné).

Faites marrer votre audience à la manière de Burger King qui trolle Mac Do (« Ne faites jamais confiance à un clown »), avec du Brand Content donc, contenu hérité de la publicité, mais animez votre communauté avec du contenu qui puisse l’aider dans son quotidien. Votre contenu doit sonner vrai et se doit d’être documenté. Et puis arrêtez de vendre votre sauce dans vos articles. C’est chiant, je vous jure. En bref, arrêtez de vendre, le content Marketing sert à se faire acheter : si vous avez une véritable démarche qualité, votre audience doit avoir ce type de réflexion : « Si cette personne (morale/physique) me donne cette qualité gratuitement, je devrais en avoir plus en payant ».

Mauvaise méthode créative à votre stratégie de content marketing

En fait, ici, la question est de savoir : mais de quoi avez-vous peur ?

  • Mettez en place une charte qui respecte le principe n°1 de Dale Carnegie : « Ne critiquez pas, ne condamnez pas et ne vous plaignez pas ! » ou encore, qui va « piquer » quelques lois de Robert GREENE
  • Arrêtez de taper vos posts aux doigts mouillés, soyez un minimum organisé. Parce que le travail d’écriture est un travail de recherche, d’imagination, de prototype et de test, et par conséquent le fait de tâtonnements… Il est naturel qu’il échappe aux règles d’un plan rigoureux. Néanmoins, quatre grandes étapes distinctes se succèdent de façon logique. Ce sont les mêmes étapes du processus de design en double diamant formalisé par le  “design council” : la phase de découverte (définition, recherche sur votre cible et inventaire du contenu existant qui marche), la phase de définition (structuration de l’objectif et des sous ensemble du contenu), la phase prototypage (création du contenu, correction), la phase de réalisation (mise en forme et mise en ligne).
  • Arrêtez de vous focaliser sur le SEO. Ici on parle de création d’article dans un processus de social selling. Nous parlons d’articles (ou de posts) poussés sur les réseaux sociaux. On parle de “push content” et non “pull content”. Alors écrire des articles pour Google oubliez… quoi que bizarrement avec le temps et un peu d’effet de longue traîne, Google semblera vous apprécier.
  • Soyez mémorable et tendez vers des publications simples, inattendus, concrètes, crédibles, émotionnelles, scénarisées. cf : la loi des 6 clés du mémorable par Koen Claes.

Certaines entreprises investissent parfois jusqu’à 25% de leur budget marketing en croyant à ce nouvel eldorado. Sauf, que prises de panique, elles font occasionnellement n’importe quoi.

En tant qu’agence en content marketing, nous sommes confrontés à des pratiques marketing appliquées par les marques.

Franck GAUTIER

Franck GAUTIER

Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction -- Digital-Manager spécialisé en Growth Marketing | SEO | Out-selling --- Auteur du livre "comment émerger dans un marché saturé" aux Editions Dunod