Sommaire

Arrêtez de penser SEO, pensez SXO : Search eXperience Optimization

sxo search google

Tout comme le SEO (Search Engine Optimization), le Search eXperience Optimization(SXO) a pour objectif d’optimiser la visibilité d’un site internet dans les résultats des moteurs de recherche (Google principalement), afin d’attirer le maximum de visiteurs et de les fidéliser avec l’UX (User eXperience).

C’est un terme qui se fait de plus en plus connaître et qui vient remplacer le terme SEO grâce à de nouvelles méthodes d’optimisation, mais également grâce à l’avancée des algorithmes de ces moteurs de recherche qui modifient les pratiques des référenceurs.

Pourquoi passer de l’optimisation pour les moteurs de recherche à une optimisation de l’expérience de recherche ?

Que retenir des facteurs essentiels qui constituent la stratégie SXO ?

Définition du Search eXperience Optimization 

Le SXO  combine les termes SEO et UX. C’est donc une technique qui associe les optimisations pour les moteurs de recherche aux méthodes employées pour améliorer l’expérience de l’internaute.

Grâce à plusieurs techniques savamment mises au point, cette stratégie de marketing se résume à optimiser l’expérience de recherche des utilisateurs, à partir de la recherche jusqu’à la conversion.

De plus, le SXO  permet d’améliorer vos contenus pour les différents moteurs de recherche et de perfectionner l’expérience des visiteurs du clic sur la SERP jusqu’à votre site internet afin d’augmenter le taux de conversion à chaque étape du tunnel.

Pourquoi cette évolution de SEO à SXO ?

Le Search eXperience Optimization s’est établi depuis quelques années avec l’évolution des moteurs de recherche (en particulier Google) et à cause du nombre de places de plus en plus limité et concurrentiel dans les résultats naturels des moteurs de recherche.

Le SEO avait pour but d’optimiser le positionnement et la visibilité d’un site web ou d’une page sur les moteurs de recherche.

Loin de se défaire du concept SEO, le SXO marketing vient compléter ce dernier afin d’améliorer l’expérience de recherche des internautes. Plusieurs mises à jour algorithmiques se sont succédé et ont permis peu à peu de rendre meilleurs les résultats pour les visiteurs.

C’est à partir de la mise à jour Google RankBrain en 2015 que l’apprentissage automatique s’est ajouté à l’algorithme Google. Ainsi, l’apprentissage automatique se base sur l’intelligence artificielle pour mieux cerner les intentions de recherche des utilisateurs d’internet et les prédire. Les attentes et besoins de ces derniers sont priorisés. 

Plusieurs changements ont été accomplis depuis lors (rich snippets, multiplication des types de résultats de recherche, position 0, questions similaires) pour donner aux internautes des réponses riches et complètes dans les pages de résultats des moteurs de recherche.

Le SXO va de ce fait prendre ses racines à travers ces changements et permettre d’assimiler totalement l’expérience de l’utilisateur et sa satisfaction dans un stratagème SEO complet et de qualité.

Comment Google juge l’UX d’une page web ?

Google prend en compte l’UX dans son algorithme de référencement. Il est intéressant de savoir quel critère il utilise pour juger de la qualité de l’expérience utilisateur.

Ce critère s’appelle le Pogosticking.

Ce terme décrit l’analyse et le comportement de l’utilisateur à partir du moment où il entre sa requête dans le moteur de recherche. Il choisit alors parmi les liens suggérés celui qui pointe vers votre site web (vitrine, E-commerce).

Quelle est la définition du  Pogosticking ?

Le  Pogosticking fait référence au comportement d’un internaute qui, après avoir cliqué sur un lien proposé dans les SERP, revient rapidement vers celles-ci en utilisant le bouton retour du navigateur.

Si l’utilisateur ne revient pas dans les résultats (SERP), Google considérera que votre site a répondu à ses attentes et augmentera donc son classement.

En revanche, Google considérera comme inacceptable qu’un prospect visite votre site Web puis clique sur un autre lien de la page de résultats. En effet, Google estime que l’expérience utilisateur a été mauvaise et régressera dans son classement.

Résumé : Avec le pogosticking, Google analyse les taux de rebond sur les résultats de recherche pour améliorer continuellement la pertinence de ses réponses.

Il est ainsi essentiel que vous ne pensiez pas seulement au référencement, mais que vous ayez également une stratégie SXO efficace.

Quels sont les avantages du Search eXperience Optimization, SXO ?

Le SXO se démarque du SEO en prenant beaucoup plus en compte le parcours de l’utilisateur et ses recherches depuis les SERP (Search Engine Result Page) jusqu’au résultat de recherche souhaité.

Le moteur de recherche se met dans la peau de l’internaute pour saisir ses attentes et lui fournir des contenus aussi bien complets que pertinents tels que des articles d’experts, des vidéos, une localisation, des tutoriels ou encore des produits.

Grâce au Search Experience Optimization, un utilisateur internet est aujourd’hui en mesure de savoir en très peu de temps si ce qui lui est proposé comme contenu correspond à ses attentes. De la même façon, Google saura rapidement s’il est ingénieux de proposer tel ou tel contenu pour la requête d’un internaute.

C’est ainsi qu’entrent en jeu les quatre facteurs essentiels de la stratégie de marketing SXO. Il s’agira d’optimiser chaque étape du parcours utilisateur depuis sa demande sur un moteur de recherche afin de le mener vers la page de conversion souhaitée.

Pour un SXO réussi, les 4 optimisations qui suivent sont nécessaires :

Optimisation de l’affichage dans les résultats de recherche (méta donnée, snippets, images, vidéos, maps) :

Pour que votre contenu soit bien positionné et qu’il soit susceptible de répondre aux attentes de l’internaute. Le méta title et la métadescriptions qui apparaissent dans la SERP de Google doit être optimisé pour donner envie de cliquer dessus.

Notez que le taux de clic est un élément important pris en compte par Google dans son algorithme de classement. Si peu d’internautes cliquent sur votre résultat par rapport à la concurrence, vous serez déclassé. Mon conseil : ayez un méta title avec évidemment le mot-clé et d’une longueur comprise entre 50 et 60 caractères, utilisez des rich snippet.

Optimisation du site et de la page positionnée sur la requête (qualité et pertinence des contenus, organisation des éléments de la page, lisibilité) :

C’est une étape très importante de la stratégie Search eXperience Optimization. L’optimisation des contenus de votre site web ou de votre page va améliorer leur pertinence et leur lisibilité vis-à-vis des utilisateurs d’internet.

Il faudra mettre un accent particulier sur la qualité, la pertinence et la précision du contenu.

Pour vous aider dans vos démarches, établir des personas, analyser les différents résultats de recherche sur les mots-clés ciblés et améliorer le score sémantique de la page. Cette étape permet de connaître les types de pages attendues par les internautes et ainsi de vous rapprocher au maximum de vos clients au travers des moteurs de recherche.

Optimiser la sémantique de la page augmentera son score SEO vis-à-vis des moteurs de recherche. La structure de votre page est également importante (insérer un chapeau en haut de page, un sommaire pour annoncer les grandes parties de la page) pour faciliter la navigation. Google peut insérer ces accès rapides dans les résultats de recherche, ce qui aura pour conséquence d’augmenter le taux de clic.

Avec le développement des assistants vocaux et des recherches vocales, il est aujourd’hui important d’insérer des questions dans les titres, sous-titres et paragraphes de vos contenus pour être positionné sur des requêtes vocales.

D’ailleurs, j’évoquais dans un article précédent comment doubler son trafic grâce à l’optimisation sémantique de ses pages. Je vous invite à consciencieuse le comprendre 🙂

Optimisation du maillage interne (liens, CTA, contenus similaires et complémentaires) :

Améliorer la pertinence des liens entre les pages d’un site aide à rendre meilleure la navigation et à diriger l’internaute de façon logique. Il est nécessaire d’optimiser les liens que l’on retrouve dans le corps des pages (liens conduisant à des pages plus profondes de la même catégorie, liens vers des pages ayant le même contenu d’arborescence et proposant des contenus complémentaires).

Des CTA doivent également être ajoutés afin de mener l’internaute vers des résultats précis et d’augmenter le nombre de conversions.

 

Optimisation des pages de conversions (simplicité des formulaires, des tunnels de conversions) :

Il faudra optimiser l’arborescence qui va permettre au visiteur du site web de rapidement savoir sur quel genre de site il se trouve et le degré de profondeur.

S’il faut plus de trois clics pour accéder au contenu désiré, le visiteur aura plus tendance à rapidement quitter le site. C’est par ailleurs le cas pour les moteurs de recherche qui accordent moins d’importance aux pages très profondes. L’optimisation et l’affichage du fil d’ariane serviront alors de guide pour les visiteurs ainsi que pour les robots des moteurs de recherche.

À ces optimisations essentielles s’ajoutent des critères « UI » qui ont un lien direct avec l’interface des utilisateurs et la lisibilité des pages. Il s’agit par exemple des polices de caractères utilisées, des couleurs, de l’interlignage et de l’interlettrage, du design et même de l’identité visuelle.

Le Search Experience Optimization prend en compte tous les aspects du SEO en s’inspirant fortement de l’impact du parcours utilisateur sur le positionnement. Le SXO n’est pas l’avenir du SEO, c’est le présent.

Originally posted 2021-05-27 10:55:00.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.